Ils sont trois. L’un est célibataire de longue date, le deuxième, marié depuis dix ans, et le dernier, vient de se faire quitter pour la énième fois par sa compagne.

Ils racontent tour à tour leurs expériences avec les femmes d’aujourd’hui. Entre un rendez-vous manqué sur Meetic, la peur de perdre son être cher et celle de ne pas être la hauteur pour la Saint-Valentin, ces trois “Hommes désespérés” dressent l’image des couples 2015 de façon hilarante et sincère.

Bien sûr les blagues un tantinet sexiste fusent. Jamais lourdes. Le texte, si fin et délicieux, nous force à nous questionner sur le fond des relations entre les hommes et les femmes. A chaque âge, son bonheur et son lot d’emmerdes. Seul ou à deux, la pièce nous apprend à accepter sa situation amoureuse, en tirer les avantages et à en être heureux.

Ma note : 10/10

“Desperate Housemen” au Théâtre Le Grand Point Virgule. 8bis rue de l’Arrivée. Paris 15e.