Lucien Clergue au Grand Palais Paris

Le principal mur de l’exposition regorge de trésors. Des photographies en noir et blanc d’ombres, de cailloux, des feuilles. Des natures mortes tellement vivantes.

Proche ami de Pablo Picasso, c’est logiquement que les deux expositions sont proposées en même temps au Grand Palais. Le photographe Lucien Clergue a saisi d’ailleurs des moments de la vie familiale du peintre espagnol, notamment dans l’eau avec sa fille dans les bras.

Picasso l’a toujours soutenu. Il l’a aidé aussi à exposer ses œuvres. Ils ne se sont que rarement quitté.

En plus des photos de la famille Picasso, Lucien Clergue joue donc avec la nature. Il arrive à capter la lumière d’un roseau sur un étang, le mouvement du sable quand il est soufflé par le vent, la forme d’un nuage baigné par un rayon de soleil. Il a une force incroyable de saisir de façon très juste la vie des éléments naturels.

Et qu’elle serait la nature sans l’homme. Ou plutôt sans la femme. Lucien Clergue a toujours été fasciné par le corps féminin et il a été le premier a ne jamais photographier les visages de ses modèles. Une beauté universelle s’exprime alors et se dégage de ces clichés. On se prend pour cette fille, là sur la plage, se faisant rincer par les vagues du Sud de la France.

Cette exposition enchante, déstabilise, on s’en souvient et on veut y retourner.

Ma note : 10/10

Exposition Lucien Clergue au Grand Palais, jusqu’au 15 février 2016.

© Lucien Clergue (via Le Grand Palais)