Après avoir marché quelques minutes au coeur du Bois de Boulogne, on embarque dans un vaisseau blanc, où les miroirs côtoient les verrières, pour une expédition dans l’art contemporain. Depuis janvier, plusieurs artistes chinois sont invités à exposer leur travail.

Un bouddha art-en-ciel par là, un tableau de la guerre et du communisme, par ici. Une vidéo performance dans cette autre salle, ou encore des statues de ces enfants habillés en tenue militaire, comme le souhaiteraient leurs parents dès leur naissance. Ces artistes dénoncent aussi la rigueur des uniformes et des danses traditionnelles de chaque entreprise. Ils affirment leur contestation avec le pouvoir en place à travers des photos, des images ou des tableaux. Comme ici, où des jeunes filles apparaissent immobiles, comme figées par le temps et l’excellence demandée par l’Empereur.

Cette exposition s’avère être une allégorie de cette jeunesse qui ne veut plus se soustraire à cette autorité. Cette jeunesse qui souhaite s’ouvrir, voyager, découvrir le monde.

On apprécie déambuler dans ces espaces blancs. C’est aéré, un peu trop. On s’attendait à plus d’artistes, plus d’art, plus d’explications. On espère que la prochaine sera davantage fournie.

Ma note : 6/10

Fondation Louis Vuitton.  Des artistes chinois à la Fondation. Jusqu’au 29 août. 2016.

© Camille – MonParisCulturel.com