coups de coeur 2016 _ MonParisCulturel.com

Retour sur une année riche en pièces de théâtre, en toiles et en spectacles. Retour sur une année jonchée de belles surprises et d’émotions, de shows délirants et bluffants, de moments mémorables et passionnants.

Et pour regarder vers l’avenir, l’année 2017 s’annonce pour moi d’ors et déjà chargée de sorties en tous genres. Danse, humour, théâtre, expositions, je ne risque pas de m’ennuyer pendant ces douze prochains mois !

Je précise que cette liste n’est en aucun cas exhaustive. Je me base sur les sorties que j’ai effectuées et suis ouverte à tout conseil pour remplir mon agenda !

Mes coups de cœur théâtre

  • Les Chatouilles, de et avec Aurélia Bescond

Les Chatouilles

Andréa Bescond, seule en scène, en jean, baskets et t-shirt large, sait (faire) rire de la situation dramatique dans laquelle elle se trouve. Mais elle sait aussi (faire) pleurer. Sa longue descente en enfer, le viol en toile de fond, nous poignarde au plus profond.
Une danseuse accomplie, un courage immense, une émotion sincère, Les Chatouilles ont tout pour nous tirer les larmes des yeux.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.
  • Un amour qui ne finit pas, avec Michel Fau et Léa Drucker

Les deux époux délaissés manigancent des scénarios farfelus et complément dérangés, mais finalement, on se dit que dans des moments pareils, on pourrait devenir fou et envisager n’importe quoi.
Le texte est si bien écrit que les larmes de rire se mêlent parfois aux larmes tout court. On vit avec les personnages, ces émotions fortes comme un condensé d’une étape de la vie en une heure et demie.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.
  • Vous pouvez ne pas embrasser la mariée, de et avec Arnaud Schmitt et Alexandra Moussaï

    mariée

Alexandra Moussaï et Arnaud Schmitt ont écrit le texte et l’interprètent à merveille. Les deux comédiens restent toute la pièce, littéralement galvanisés par les mots, et les sentiments qu’ils ont voulu transmettre. Les phrases sont vraies, justes. Elles résonnent à travers les expériences de tous.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.

Mes coups de cœur danse

  • Cry Jailolo, de Eko Supriyanto

Cry Jailolo Indonésie Danse contemporaine

La chorégraphie s’inspire de l’océan, souillé par les déchets venus s’échouer sur les plages indonésiennes. La danse raconte comment les poissons se déplacent en groupe, l’un d’eux s’en dégage puis revient. Comment ils se faufilent entre ces déchets venus d’ailleurs.
On s’étonne parfois d’une tempête puis arrive un moment plus calme. On se laisse surprendre par des cris parfois, des claquements de mains et de pieds. On ressent la force de ces sept danseurs. La détermination de ces jeunes à vouloir changer leur quotidien.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.
  • Tutu, de la compagnie Chicos Mambo

    TUTU-1-Michel-Cavalca

Six hommes, déguisés en danseuses la plupart du temps qui revisitent les codes de la danse, du classique au hip-hop, en passant par le houla-hop et le cirque.
Philippe Lafuille signe ici un spectacle burlesque, où tout ce qu’on croit connaître sur la danse, se révèle chamboulé. Lorsqu’on découvre qu’on peut effectuer des figures de hip-hop sur du Vivaldi, on est surpris. Mais pas que.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.

Mes coups de cœur spectacle

  • Les Coquettes, avec Lola, Juliette et Marie

    les_coquettes

À la manière d’un show de music-hall, elles sont plantées devant leur micro, guindées dans des jupes-crayon rose et orange. Un soupçon de rouge sur les lèvres.
Elles racontent en chansons tous les petits défauts des femmes, leur haleine de chacal le matin, leurs envies masochistes le dimanche soir, leur peur de l’avenir, mais surtout leur belle amitié.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.
  • Flon Flon, L’histoire de l’humanité, des Épis Noirs

À travers des paroles de chansons et des textes burlesques et complètement décalés, on se laisse porter dès les toutes premières secondes dans cette “Histoire de l’humanité”, à la sauce Épis Noirs.
La compagnie des Épis Noirs se donne sur scène aussi bien physiquement qu’artistiquement. Les trois comédiens, à la fois musiciens, clowns et danseurs, chantent et jouent la comédie sur des airs si entraînants qu’on aurait envie de les rejoindre dans leur folie contagieuse.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.
  • Carmen La Cubana, inspiré de l’opéra de Bizet

carmen_la_cubana

Cette œuvre, à mi-chemin entre l’opéra (certaines chansons reprennent les codes lyriques) et la comédie musicale, s’avère être une vraie réussite. Les danseurs transmettent à merveille la fougue cubaine, accompagnés par d’excellents musiciens.
Dès les premières secondes, on se croit sur l’île. Le drapeau national et l’ambiance recréent la vie quotidienne dans ce pays dont on connaît les enjeux politiques, sociaux et économiques.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.

Mes coups de cœur cinéma

  • L’Outsider, avec Arthur Dupont et François-Xavier Demaison

film

Christophe Baratier nous fait comprendre les astuces légales, -mais très illégales pour le commun des mortels- que les banques ont mises en place pour cacher des sommes. Le “carpet” notamment sous lequel Kerviel a planqué le premier milliard et demi d’euros qu’il a réussi à gagner, puis les autres qui ont suivi.
L’Outsider est un film totalement impartial où chacun reconnaît qu’il est allé trop loin…
La soif du gain était donc toujours plus grande. Si bien que le jeune homme, bouffé par l’envie d’en mettre toujours plus sous le tapis, a délaissé ses parents et ses amis.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.
  • Les Pépites, documentaire de Xavier de Lauzanne

    Les Pépites - documentaire coup de coeur

L’émotion de ce documentaire est si forte. On entend les témoignages de ces toutes jeunes filles, battues par leurs pères, vendues ou louées à des hommes qui les violent et les laissent mourir de faim. De simples regards de terreur nous laissent imaginer toute la peur et le désespoir de ces enfants, de ne jamais sortir de cette pauvreté et cette violence.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.

Mon coup de cœur exposition

  • Barbie au Musée des Arts décoratifs

MonParisculturel_barbie1

À travers un parcours très bien ficelé, Barbie se dévoile. L’exposition raconte alors comment une « simple » poupée pour petite fille va finalement se révéler être un symbole pour toutes les femmes de ce monde. Bien que Mattel ait envahit le marché français dans les années 50, aujourd’hui chaque fillette des cinq continent possède sa poupée qui lui ressemble. Car là encore, il y a 70 ans, Barbie était filiforme, blonde à longues jambes. En 2016, plusieurs poupées sont métisses, blacks  et pour certaines ont les yeux bridés. Pas de clichés là-dedans, seulement une actualisation des standards de la beauté et surtout une ouverture d’esprit et une mise à la mode.

Texte à retrouver dans son intégralité ici.
© Les Chatouilles : Stefan M. Photography ; La mariée : Arnaud Schmitt et Alexandra Moussaï ; Cry Jailolo : Musée du quai Branly – Bernie Ng ; Tutu : Michel Cavalca ; Les Coquettes : LesCoquettesSurInternet ; Carmen : France 3 / Culturebox ; L’Outsider : Galatée Films ; Les Pépites : site officiel ; Barbie : Musée des Arts décoratifs.