Lorànt Deutsch, Vincent Winterhalter Bankable au Theatre Montparnasse à Paris

Faut-il rire ? Faut-il pleurer ? Doit-on s’émouvoir ou bien cogiter ? J’ai réfléchi à ces questions pendant les quatre-vingt dix minutes que dure cette pièce. Sans réponse en sortant.
Bankable, c’est l’histoire d’un acteur (Vincent Winterhalter) qui a eu son heure de gloire il y a une dizaine d’années et qui se pense toujours dans le coup. Son ami de longue date et scénariste (joué par Lorànt Deutsch), lui écrit un rôle. S’en mêle le producteur  (Jérôme Anger) qui, dans sa maison de Saint-Paul-de-Vence, imagine pour son film, un tout autre acteur. Bien plus jeune, bien plus bankable.

Les clichés du monde du cinéma

Lorànt Deutsch, Vincent Winterhalter Bankable au Theatre Montparnasse à Paris

La pièce s’ouvre sur un plateau presque nu. Dans l’angle droit, deux arbustes dans des pots en pierre, un canapé sur le devant de la scène. Lorànt Deutsch et Vincent Winterhalter apparaissent. On comprend que l’on est bientôt dans une fête dans une villa, le second est bien éméché. Un peu plus tard, on le découvre pourrir l’anniversaire de mariage de son ami, puis venir pleurer parce que l’une de ses conquêtes féminines ne l’a finalement pas rappelé

C’est bourré de clichés. Quand on ne connaît pas le domaine de cinéma, on s’imagine que les uns et les autres, picolent, racolent et se droguent. J’ose espérer que ce tableau peint n’est pas la réalité. Sinon quelle triste réalité !

En attente de l’élément déclencheur… qui n’arrive pas

L’écriture du texte ne vient pas aider ce pauvre script… Il n’y a aucun jeu de mots, aucune relance, aucun rebond. C’est plat, c’est mou. On s’ennuie ferme ! Je ne suis pas la seule à le penser, la salle ne réagit pas.

Lorànt Deutsch, Vincent Winterhalter Bankable au Theatre Montparnasse à Paris

Certains de mes voisins de fauteuil ont même quitté la représentation avant le baissé de rideau… J’ai failli faire pareil. J’attendais inlassablement un élément déclencheur qui serait venu apporter un peu de piquant. Sans résultat ou presque. Le seul serait peut-être la chute de l’acteur choisi par le producteur, dans sa piscine sans eau… Cette chute est lourde. Vue de loin.

Comme le note, AuBalcon.fr, si on veut découvrir le monde du cinéma, on court voir Silence, on tourne ! au Théâtre Fontaine. Bien écrit, bien réfléchi, bien joué.

Ma note : 3/10

© Guirec Coadic / Bestimage