Le bureau des cœurs brisés Mon Paris Culturel

16832104_1395073597203880_8010901835011527119_nSolliciter ses amis après une peine de cœur ? Aller voir un psy pour faire part de sa douleur, de ce manque de l’être aimé ? Ou bien se rendre au Bureau des cœurs brisés pour effacer ce mauvais souvenir ?

Dom Juan, puni pour toutes les infidélités dont il a fait preuve à son époque, travaille désormais dans cette officine pour écouter et conseiller les amours déchus. Une première visite le questionne : un paysan tout droit débarqué du 17e siècle… Que fait-il là exactement et qui l’a envoyé ? Pour ne pas semer le doute, il deviendra son assistant. Dans son “cabinet”, il y rencontre ensuite ce jeune homme, la vingtaine, qui raconte que sa belle s’est enfuit avec son meilleur pote... mais dont les raisons du manque sont pour le moins inattendues. Puis cette jeune femme qui vient de perdre son fiancé, cycliste fauché sur la route, qui cherche de nouveau de l’affection… pour là aussi assister à un retournement inattendu. Et enfin, cette femme en trench beige, un peu amoureuse mais surtout très observatrice et très curieuse…

Une comédie anti-romantique

Bien qu’en premier abord, les histoires de chacun semblent tristes, on se retrouve à rire de ce moment. Les cinq comédiens, déjantés et bourrés de talent, nous font part des malheurs de leurs personnages. Le tout grâce à un texte sans prétention mais efficace et réussi. Sa force réside surtout dans la capacité des mots choisis à dédramatiser ces situations.
De belles créations colorées et musicales renforcent la mise en scène imaginée pour ce théâtre aux planches étriquées qu’est le Théâtre de la Croisée des chemins.

Comment résumer l’essence de ce B.D.C.D. (ou La damnation de Dom Juan) ? Une jolie petite comédie anti-romantique, fraîche, rigolote et pertinente, imaginée sous la plume affutée de Joëlle Isnardon. On ressort de ce joyeux moment, avec nous aussi l’envie d’effacer une partie de nos peines de cœur, grâce à la magie technologique. Mais surtout avec des réflexions sur l’amour plein la tête !

Ma note : 7/10

© BROOKLYN Studio