Rodin exposition centenaire Grand Palais

Le Grand Palais présente jusqu’au 31 juillet une exposition dédiée au centenaire de la mort de Rodin. Sculpteur mondialement reconnu, on découvre à travers les salles, ses œuvres phares (Le Penseur, La Porte de l’Enfer, Les Bourgeois de Calais…) mais aussi des créations moins monstrueuses mais tout aussi magnifiques et significatives de son génie.

Véritable maître de la sculpture

Durant une heure et demie, on vogue à travers les œuvres de Rodin. Des plus célèbres aux plus confidentielles, Rodin nous livre ici ses plus belles pièces. Comme je le raconte dans cet article, j’adore me balader dans le musée qui lui est consacré près des Invalides. Le jardin surtout. Dans l’exposition, j’ai d’abord, avouons-le, été un peu déboussolée. Rodin exposition centenaire Grand PalaisJ’ai eu l’impression de me retrouver au musée… mais sans l’ouverture sur le fameux jardin.

Passée la première salle, j’ai ensuite beaucoup aimé les œuvres d’artistes avec lesquels Rodin a travaillé, Bourdel notamment. On redécouvre les bustes qu’il a réalisé du Maître dans de belles vitrines.
Un peu plus loin encore, on s’aperçoit que Rodin a également travaillé les esquisses. Œuvres moins connues, elles sont tout aussi impressionnantes par leur délicatesse et les émotions qu’elles font naître.

Les artistes s’en inspirent

Rodin exposition centenaire Grand Palais

L’exposition met en avant d’autres sculpteurs et artistes s’étant inspirés de Rodin pour créer. On croise alors Giacometti, Brancusi ou Picasso qui nous font part de leurs interprétations de L’Homme qui marche. On constate alors qu’il était, à son époque, avant-gardiste et qu’il fascine toujours autant toutes les générations. Et ce, même cent ans après sa disparation.

Rodin exposition centenaire Grand Palais

Ces œuvres récentes s’intègrent parfaitement dans le “style Rodin” et apportent une réelle valeur ajoutée à l’exposition. Par la scénographie, on comprend mieux comment discutent les œuvres entre elles.

Camille Claudel, grande absente de cette exposition

J’ai beaucoup apprécié me promener dans les allées du Grand Palais. Cet hommage est pour moi, une belle réussite. Je regrette cependant une chose concernant précisément cette exposition “Rodin Centenaire” : l’absence totale (ou quasi) du travail de Camille Claudel. Pourtant cette artiste, élève et amante de Rodin, a joué un rôle prépondérant dans l’œuvre du Maître. J’aurai aimé qu’une salle du musée lui soit dédiée pour rendre hommage à son génie à elle aussi.

Ma note : 8,5/10

© Camille / Mon Pari(s) Culturel