[REMY GABALDA / AFP]
Quoi de plus pertinent que la culture, l’Histoire, le théâtre et la littérature pour faire entendre sa voix en période électorale comme nous en vivons ? Didier Long, directeur du Théâtre de l’Atelier a imaginé un cycle de lectures et de prises de paroles autour du pouvoir et de la citoyenneté. De Jaurès à Hugo, en passant par Taubira et Camus, les textes qui ont fait la France d’hier et aujourd’hui, sont désormais portés à la scène par les plus grands acteurs et comédiens contemporains.
Ces mots résonneront-ils jusqu’à l’Assemblée ? Ou du moins, atteindront-ils les isoloirs ce week-end ? Une chose est certaine, les esprits de chacun s’ouvriront un peu plus à l’autre lors de ce mois consacré à l’éloquence.
Le programme très riche de ce cycle débute mardi prochain (25 avril) avec, à l’honneur deux textes de Christiane Taubira, femme très engagée.

Le goût d’être ensemble d’après Murmures à la jeunesse et Nous habitons la Terre de Christiane Taubira, mise en voix Emmanuel Noblet

Avec huit jeunes comédiens et comédiennes de la classe « égalité des chances » de la MC 93
« Convoquer la parole républicaine, les principes et les poètes, les grandes voix dont les mots affutés comme des armes et la pensée claire comme la note juste, affirment le besoin de liberté, le combat pour l’égalité et le devoir de fraternité. Par delà les convictions politiques, au détour de l’entre deux tours, dans l’obscurité qui monte, faire entendre la clarté des mots de Christiane Taubira par les voix de la classe ‘Égalité des chances’ de la MC93 ». Emmanuel Noblet

Mardi 25 avril à 21 heures

Éloquence à l’Assembléede Pierre Grillet et Jérémie Lippmann, mise en scène

Jérémie Lippmann, avec JoeyStarr

« Les discours prononcés à l’Assemblée Nationale sont faits pour être entendus.
Il faut entendre Robespierre, Hugo, Lamartine, L’Abbé Grégoire et Aimé Césaire. Écrivains, révolutionnaires, aventuriers ou chef de guerre, ce sont de grandes plumes à voix haute. Joeystarr nous les restitue avec une force et une émotion qui bouleversent. On entend le peuple gronder dans sa gorge… ». Jérémie Lippmann.
Réservez pour “Éloquence à l’Assemblée” en cliquant ici.

Mercredi 26, jeudi 27 et vendredi 28 avril à 21 heures

 

1988 Le débat Mitterrand – Chirac avec Jacques Weber – François Morel et Magali Rosenzweig

« Vous avez tout à fait raison monsieur le Premier Ministre…»

La confrontation idéologique, celle des caractères et de la pensée, l’excellence du dialogue honore une fois encore le fondement même de la démocratie, très vite la rumeur et les commentaires vont l’appeler : face à face ou duel, on parlera même de mise à mort !
Réservez pour “1988 Le débat, Mitterrand – Chirac” en cliquant ici.

Du mardi 2 au samedi 6 mai à 21 heures – Dimanche 7 mai à 16 heures

 

La présidentielle vue de l’Étranger  – Table-ronde

Alors que les Français viennent d’élire leur nouveau président, quel regard les observateurs étrangers portent-ils sur le nouvel hôte de l’Élysée ?

Lara Marlowe, correspondante à Paris du Irish Times
Alberto Toscano, chroniqueur à la Rai
Philip Turle, rédacteur en chef du service anglais de RFI
Michaela Wiegel, correspondante à Paris du Frankfurter Allgemeine Zeitung
Stéphane Rozès, politologue, président du CAP, enseignant à Sciences-Po et HEC
Rencontre animée par Sara Yalda

Mardi 9 mai à 20h45

 

Alors je n’aurai pas vécu en vain par Martin Luther-King / Georges Jackson, de Pierre Tré-Hardy et mis en voix par Sally Micaleff avec Lucien Jean-Baptiste et Cyril Guei

Martin Luther King et George Jackson ont voué leur vie à la lutte contre la ségrégation raciale en Amérique. Un combat commun Martin Luther King, pasteur baptiste afro-américain, militant non-violent reçoit en 1964 le Prix Nobel de la Paix pour son combat aux droits civiques des Noirs-Américains. George Jackson qui a été condamné à un an de prison à l’âge de dix-huit ans pour un vol de 70 dollars, s’engage de sa prison de Soledad dans le mouvement politique et révolutionnaire des Blacks Panthers.

Mercredi 10 mai à 21 heures

La vérité en marche d’Émile Zola, adaptation Anne Rotenberg et Gérald Sther, mise en voix Didier Long avec Stéphane Guillon

Quand un écrivain s’insurge contre l’injustice, brave les interdits, l’opinion publique, les lois…
Le 13 janvier 1898, Émile Zola publie dans le journal L’Aurore, une lettre ouverte au Président de la République, Félix Faure, dont le titre inaugure la plus célèbre anaphore de la littérature française avec sa litanie provocatrice de : « J’accuse… ! » qui s’adresse successivement aux ministres de la Guerre et aux officiers de l’état-major auxquels il reproche de préférer une erreur judiciaire sur fond d’antisémitisme plutôt que de prendre le risque d’affaiblir l’armée.

Jeudi 11 mai à 21 heures

 

Ce que c’est que l’exil de Victor Hugo, adaptation libre de Françoise Hamel avec Jacques Weber

Le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851 marque la fin de la Deuxième République et le début de l’exil de Victor Hugo. Ce que c’est que l’exil transpose en affirmation générale cette expérience personnelle. “Un homme […] tellement dépouillé qu’il n’a plus que sa conscience, tellement isolé qu’il n’a plus près de lui que l’équité, tellement renié qu’il n’a plus avec lui que la vérité, tellement jeté aux ténèbres qu’il ne lui reste plus que le soleil, voilà ce que c’est qu’un proscrit.”

Créé au festival L’invitation aux voyages de Biarritz en octobre 2016.

Vendredi 12 mai à 21 heures

Lettres à Staline de Mikhaîl Boulgakov, adaptation de Gérald Sther avec Denis Lavant

En mars 1930, Boulgakov écrit une longue lettre à Staline dans laquelle il fait le bilan des interdictions et censures qui le frappent. Il demande à pouvoir quitter l’URSS. Commence alors avec Staline une étonnante correspondance, faite de menaces, de suppliques, de brouillons non envoyés signés Tarzan et de signes énigmatiques d’un Sphinx tyrannique.

Samedi 13 mai à 21 heures

La chute d’Albert Camus, adaptation Catherine Camus et François Chaumette, mise en scène et avec Ivan Morane

« Je me suis laissé emporter par mon propos : brosser un portrait, celui d’un petit prophète comme il y en a tant aujourd’hui. Ils n’annoncent rien du tout, et ne trouvent pas mieux à faire que d’accuser les autres en s’accusant eux-mêmes. » Albert Camus (Entretien dans Le Monde, 31 août 1956)

Mardi 16 mai à 21 heures

 

Le tribun : “Pour un orateur politique, éclats de fanfares et haut-parleurs” de Mauricio Kagel, mis en scène par Vincent Tordjman avec Dominique Pinon

Le célèbre compositeur, chef d’orchestre et metteur en scène, parodie avec un humour décapant le discours des dictateurs populistes, universel et formaté, au rythme galvanisant des marches militaires.

Mercredi 17 mai à 21 heures

Je veux espérer encore de Jean Jaurès, conception et mise en espace Léonard Matton, avec Richard Bohringer

 Jeudi 18 mai à 21 heures

 

Marie-Antoinette, correspondances privées, d’Évelyne Lever, mise en scène de Sally Micaleff avec Fabienne Périneau

Vendredi 19 mai à 21 heures

 

Elles prennent la parole, mise en voix d’Anouche Setron avec Nathalie Cerda, Julie Depardieu, Andréa Ferréol et Juliette Biry

De Olympe de Gouges à Simone Veil, de Louise Michel et Georges Sand à Gisèle Halimi, de Simone de Beauvoir au « Manifeste des 343 », ELLES prennent la parole.

Samedi 20 mai à 21 heures

 

Zhumains, conférence-spectacle «anti-fin du Monde»
De et avec Catherine Dolto et Emma le Clown

Où il est question d’écologie, de pollution, déforestation, nucléaire, malbouffe, conditions d’élevage des animaux, consommation… Le rire au service d’une conférence-spectacle, jubilatoire, pédagogique, poétique, responsable et… vitale !

Mardi 23 et mercredi 24 mai à 21 heures

Les rebelles de et par Le Salon des Dames

« La femme est faite pour plier, pour se soumettre, et c’est dans cette force de résignation que gît sa grande, sa véritable force » Manuel pour jeunes filles – 1825
Les rebelles, ce sont toutes celles qui ont refusé de se taire. Qui ont parlé, créé, réinventé le rôle des femmes. De Simone de Beauvoir à Meryl Streep, de Louise Labbé à Madonna.
Ce spectacle imaginé par Le Salon des dames, fait entendre la voix de toutes ces insoumises qui ont bougé les lignes.

Mercredi 31 mai à 21 heures

Cycle “À haute voix !” du 25 avril au 31 mai 2017
Placement libre
Tarif unique : 26€* (frais inclus)
Tarif jeune : 10 € (moins de 26 ans, selon disponibilité, sur place à partir d’1 heure avant la représentation).
* Hors Éloquence à l’Assemblée et 1988 Le débat Mitterrand – Chirac.
Toute place achetée pour Éloquence à l’Assemblée ou 1988 Le débat Mitterrand – Chirac donne droit à une place à 20€ pour toute(s) autre(s) représentation(s) de À haute voix ! .
Sur présentation du billet et uniquement en guichet et par téléphone au 01 46 06 49 24.

Avec Juliette Biry, Nathalie Cerda, Julie Depardieu, Catherine Dolto, Andréa Ferréol, Cyril Guei, Stéphane Guillon, Lucien Jean-Baptiste, JoeyStarr, Denis Lavant, Le salon des Dames, Emma Le Clown, Lara Marlowe, Ivan Morane, François Morel, Emmanuel Noblet, Dominique Pinon, Stéphane Rozès, Magali Rozenzweig, Alberto Toscano, Philip Turle, Jacques Weber, Michaela Wiegel, Sara Yalda…

© Remy Gabalda / AFP via CNewsMatin.fr