“Passe ton Bac d’abord !”… Alors que les bacheliers terminent tout juste leurs examens et ont récupéré leurs notes, le Festival d’Avignon présente en ce moment Carnet de Notes, une petite pépite. Un spectacle musical retraçant les années primaire, collège et lycée, le tout en chanson française… délirant et décalé !

Drôle de voyage dans la chanson française

Après avoir remporté l’adhésion du public avec leurs deux précédents spectacles (De la bouche à l’oreille et Album de famille), les sept comparses de la compagnie du Sans souci, reviennent sur les joies (et parfois les peines et les colères) vécues quotidiennement à l’école. De la cantine à la récré, en passant par les jets de boules à papier et les premières amours, ces joyeux musiciens-chanteurs-comédiens, nous entraînent dans nos souvenirs d’enfance.

Toutes les chansons proposées proviennent du répertoire de la variété française : Jacques Brel, Maxime Le Forestier, Pierre Perret ou encore Les Fatals Picards, chacune a été brillamment choisie pour composer un spectacle riche et dynamique. On les découvre pour la plupart, sauf bien sûr “Ce sacré Charlemagne” qui ouvre la représentation.

Pourquoi un show sur l’école ? Parce que le sujet parle à chacun, parce que les situations évoquées touchent au plus profond et surtout parce que cette bande s’est rencontrée au lycée. L’occasion de souder à nouveau leur amitié.

Un coup de cœur à partager

Je ne crains pas de dire que Carnet de Notes constitue mon premier coup de cœur de la semaine. Ce fût une véritable découverte. On voit la vie depuis les yeux d’un enfant de 8 ans, puis depuis celui de la maîtresse qui organise la kermesse de l’école et la classe verte, puis depuis celui des parents. C’est un spectacle juste, drôle, émouvant aussi. Ma voisine de fauteuil a même laissé couler une larme… Moi j’en ai essuyé une de bonheur.

À lire aussi ma critique sur Les Franglaises : spectacle musical déjanté qui traduit les succès anglophones en Français.

Reprise de Carnet de Notes, au Lucernaire (Paris 6e) à partir de novembre 2017.

© JYO Prod