Encore une satire du monde de l’entreprise. Encore un patron pris entre ses collègues sexy et un syndicaliste qui réclame une augmentation sous menace de grève. Dans les premières minutes, un sentiment de déjà vu ressort des “Ambitieux”.

Le vaudeville au bureau

Pourtant, la mise en scène relève cette appréhension. Thomas Le Douarec a réussi à rendre le texte dynamique. Les portes qui claquent, la maîtresse qui hurle sur le patron, le salarié que chacun critique, les personnages ne manquent pas de relief, LES_AMBITIEUXni de caractère. Le rythme s’accélère au gré des actes. La dernière scène se termine au summum du mensonge, de la trahison, des promesses non-tenues.

On s’éprend à rire de ces situations vaudevillesques. Parfois d’un rire jaune. On connaît le monde de l’entreprise et comment certains sont littéralement près à tout pour gravir les échelons, obtenir une promotion ou seulement avoir les faveurs personnelles du chef.

De très bons comédiens

Une pièce à voir aussi pour ses comédiens hors-pair. Julien Cafaro tient magnifiquement bien le rôle du syndicaliste, quand Thomas Le Dourec endosse celui du patron. Nathalie Blanc, Marie Le Cam et Gautier About sont aussi remarquables.

Ma note : 7/10

“Les Ambitieux” au Théâtre 14 (Paris 14e) – Porte de Vanves), mardi, vendredi et samedi à 20h30 ; mercredi et jeudi à 19 heures ; samedi à 16 heures.

© Théâtre 14