Flon Flon l'histoire de l'humanité

Attention tourbillon d’énergie et de bonheur !
Pendant plus d’une heure, la compagnie des Épis Noirs se donne sur scène aussi bien physiquement qu’artistiquement. Les trois comédiens, à la fois musiciens, clowns et danseurs, chantent et jouent la comédie sur des airs si entraînants qu’on aurait envie de les rejoindre dans leur folie contagieuse. Chaque morceau joué en live par trois excellents musiciens (violon, guitare, accordéon, contrebasse et pipeau (oui oui !) racontent la vie d’Adam et Eve – ou Alexandre et Manon ici -, Dieu, la pomme et le serpent, l’Arche de Noé et la tempête.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=9YZsa0Cy3fk]

Calembours, jeux de mots et situations burlesques

L’histoire pourtant à de quoi sembler dramatique. Pierre, “poisson-maquereau”, vient visiter son frère Alexandre au cœur de l’Ardèche. Il séduit la femme de ce dernier, enceinte, et la convainc de le suivre à Paris. Il lui vend une vie de paillettes et lui fait croire au grand amour. Elle accepte sans se méfier et finit sur le trottoir, tabassée et humiliée.

S’en suit une série de situations plus cocasses les unes que les autres. On rit même d’inceste, de viol et de malheur. Puis on s’en émeut dans la minute suivante.

C’est bien ça la force de cette pièce musicale. À travers des paroles de chansons et des textes burlesques et complètement décalés, on se laisse porter dès les toutes premières secondes dans cette “Histoire de l’humanité”, à la sauce Épis Noirs.

Une excellente mise en scène

Avec trois fois rien comme décor, – une malle, un tabouret et les musiciens qui s’animent pour mimer la scène – les comédiens nous transportent dans de multiples univers. Et créent avec ces quelques objets, des surprises qui là encore font pouffer le public.

Flon FlonOn sort emplis de bonne humeur et de bien-être. On a envie de rire, chanter et danser encore. Et pour ne pas bouder le plaisir, les artistes offrent une dernière chanson dans la rue, un verre de vin rouge à la main de chaque spectateur.

Ma note : 10/10

© Les Épis Noirs