Les Divalala - MonParisCulturel.com

Ces trois-là ont de la voix. Moulées dans leurs robes à paillettes, elles sont les stars d’un soir entre Beyoncé et Stromae, Jean-Pierre François et Ophélie Winter, en passant par  Souchon et Desirless.

“Être une femme…”

femme2Le fil conducteur ? Les femmes. À travers plusieurs dizaines de chansons françaises et anglo-saxonnes, ces trois artistes passent en revue tout ce qui a été dit, en chanson sur le genre féminin.

Délirant dans son genre (le kitch est roi), original par sa forme (tous les textes et les instrumentales sont revisitées), complet par le choix des chansons, ce qui fait la particularité de ce spectacle reste qu’il est entièrement chanté a capella, seule une grosse caisse vient une fois, accompagner les voix. Tout réside alors dans les canons, les vocalises et les résonances de l’une et de l’autre.

 Je m’attendais à de nombreux medleys reprenant les plus grands succès de la variété française. Il y en a quelques uns, certes mais assez peu à mon goût. Pour moi, chanter les chansons en entier (même si cela se fait communément) reste un peu lourd.

Mention spéciale en revanche, pour la version revisitée de Voyages Voyages de Desirless. Dans une ambiance orientale, entre l’opium et les quartiers plus citadins de Brooklyn, on se laisse transporter dans cet univers décalé et imaginaire.

Aucun temps mort

femme3

La mise en scène, cependant, vient contrebalancer cette fausse note. Les trois artistes occupent l’espace à merveille, boivent du champagne en talons hauts, puis sautent sur place comme en nightclub en baskets. On ne s’ennuie jamais. Même lors des passages plus calmes, il se passe quelque chose.

C’est frais, c’est dynamique, on ressort complètement comblés… Un petit air de music-hall dans la tête !

Ma note : 7/10

© Site officiel LesDivalala.com