Folle Amanda - Michèle Bernier et Arielle Dombasle

J’avais vu la comédie de Ruquier, “Je préfère qu’on reste amis” lors de la diffusion sur France 2 en 2014, et moi qui ne suis pas fan des séries télévisuelles que Michèle Bernier porte, j’avais été agréablement surprise de sa présence sur les planches. Même chose cette fois-ci dans “Folle Amanda“, où la comédienne donne la réplique à Arielle Dombasle et Philippe Lelièvre notamment.

Paillettes et déshabillé rose

Il y en a de l’énergie dans cette pièce ! Ça vole, ça virevolte, ça claque aussi parfois. Ici, pas d’amant dans le placard (et faut le dire, ça fait du bien !), quelques quiproquos mais seulement ce qu’il faut pour se marrer. La toute première scène, où Michèle Bernier débarque en déshabillé rose fushia donne le ton de cette pièce.
Mais ce qui fait réellement rire, reste le texte et avant tout le texte. Il est divinement bien écrit. On se demande même s’il n’a pas été spécialement rédigé pour ces acteurs.

Ils campent chacun leurs rôles à merveille. J’accorde une mention spéciale pour Philippe Lelièvre en antiquaire gay, ouvert à toutes propositions. On a rarement l’habitude de le voir dans ce type de personnage léger.
Au contraire, Arielle Dombasle montre une nouvelle fois l’image qui lui colle à la peau : la bourgeoise de Neuilly. J’aurai peut-être aimé qu’elle se mette un peu plus en danger… ou que la mise en scène l’aide à se lâcher davantage.

Les folies de la vie

Il n’en reste que durant deux heures, les acteurs prennent du plaisir à être ensemble, à jouer pour leur public. Ça se ressent jusqu’au dernier rang de ce magnifique Théâtre de Paris.

Michèle Bernier est totalement immergée dans son rôle d’ex-diva de la chanson populaire, qui rêve (de nouveau) d’applaudissements et de paillettes mais qui s’en cache. La comédienne offre d’ailleurs quelques chansonnettes (parfois un peu fausses, il faut quand même le souligner). Les mélodies qui restent en tête aident à nous transporter malgré tout.

Si j’ai aimé cette pièce, c’est parce qu’elle demeure d’abord portée par une sincère véracité des situations. Elle évoque les relations d’amitié entre voisins et pour ses anciens collègues (là, l’impresario d’époque qui croît toujours en elle), l’amour déchu, le nouveau qu’on aimerait connaître… et les folies de la raison. Je n’en dis pas plus, il faut aller voir la pièce pour connaître la fin de l’histoire !

Un seul regret

Petite déception malgré tout pour cette “Folle Amanda“, la durée de la pièce… Pour me décharger, plusieurs de mes voisins de fauteuils ont également soufflé cette remarque en fin de représentation. Deux heures, c’est légèrement trop long à mon sens. Certaines scènes ne faisaient pas avancer fort l’intrigue et l’arrivée d’un nouveau personnage lors de la toute dernière scène (qui à sa décharge met un point final aux questionnements d’Amanda) surprend un peu.

Le spectacle sera retransmis sur TF1 ce samedi 21 janvier à 20h50, l’occasion de ressusciter l’émission “Au théâtre ce soir”, qui a célébré pendant vingt ans les arts vivants sur la Une.

Ma note : 8,5/10

© Pascal Ito