AFFICHE-Dorian-Gray

L’an dernier, j’étais allée voir Portrait Craché avec Véronique Genest mis en scène par Thomas le Douarec. Une comédie de boulevard moderne où quiproquos, mal-entendus et non-dits rythment le spectacle. Ici point de rire, ou du moins comme on l’entend. Le portrait de Dorian Grey, seul roman écrit par Oscar Wilde, est cynique et grinçant. La pièce se joue désormais à l’Artistic Théâtre (11e) après avoir été présentée au Lucernaire (6e), à la Comédie des Champs-Élysées et au Studio des Champs-Élysées. La troupe ne se lasse pas de la proposer. Si bien qu’elle dépassera bientôt la 350e représentation !

Un vœu détestable

Dorian Grey rêve de détenir le don de la jeunesse éternelle. Le tableau peint à son effigie porte les signes du temps, quand son visage reste juvénile et séduisant.

Le beau Dorian Grey charme les hommes et les femmes. Jouit de tous les plaisirs de la vie, du sexe, de la drogue, de l’alcool. Il ne s’interdit rien. Écoute avec attention son “maître”, Lord Harry qui, par son expérience, lui dicte sa pensée. Son autre ami, Basile, le peintre, idéaliste et réaliste, lui soutient souvent de réfléchir par lui-même et non sous influence continue. La fin, tragique, vient assommer Dorian Grey de sa volonté de contrer le temps et la vie.

Le texte très personnel d’Oscar Wilde

DorianGray_010_©Lot_@loeildolivL’auteur irlandais le disait. Ce roman raconte ce qu’il avait de plus personnel. Les relations de mariage, entre hommes et femmes ou relations homosexuelles, les plaisirs quotidiens aussi. Thomas Le Douarec, qui livre ici sa quatrième interprétation du Portrait de Dorian Grey (après une version classique, une autre contemporaine et même une comédie musicale), met en avant, dès les premiers instants, ces relations ambigües entre les êtres. Le spectateur se demande alors qui tire les ficelles dans ce trio d’hommes que tout réuni.

Thomas Le Douarec assume sa fascination pour cette histoire : “Mais au-delà de la folie de ce vœu, le texte est très bien dialogué”. Il lui a fallu cependant adapter le reste de la pièce. Pièce qui a l’époque aurait certainement censurée : “Un roman est difficile à interdire. Il le savait et fut malin”. Saluons la beauté des textes écrits par le metteur en scène.

Les acteurs, magnifiques

J’ai éprouvé un véritable coup de cœur à l’égard de cette pièce, autant pour la mise en scène très épuréephotolot-doriangray et que pour les acteurs. Les lumières étaient superbes. Le rouge, le jaune, le noir parfois nous plongent tout de suite dans l’ambiance des scènes et avant même de connaître les textes, on sait si on va rire, pleurer ou trembler.

Les costumes des comédiens nous transportent là aussi très rapidement dans l’ambiance de la fin du 19e siècle. Au-delà de leur performance scénique, ils font tous preuve d’un excellent jeu d’acteur. Thomas Le Douarec en Lord Harry mais aussi Caroline Desvimes qui campe les trois femmes de la pièce, ainsi que Valentin de Carbonnières et Maxime de Toledo (Dorian Grey et Basile). Tout au long du spectacle, les quatre comédiens sur scène font régner une tension autour du secret de Dorian Grey, ce pacte avec le diable qu’il n’ose avouer mais que tous ont déterré. 

Le portrait de Dorian Grey, adapté par Thomas Le Douarec, n’est pas prêt de s’interrompre. Le spectacle sera joué au Festival d’Avignon cet été. La troupe partira ensuite en tournée en France… et à Tahiti pour trois semaines en novembre !

Ma note : 10/10

© Lot