Maria Callas Expo - Mon Paris Culturel (2)

La Seine Musicale, majestueux bateau de verre qui surplombe le fleuve éponyme, accueille pour son lancement, une exposition hommage et rétrospective dédiée à Maria Callas. Le visiteur plonge dans la vie professionnelle et personnelle de la cantatrice considérée comme la plus grande diva du monde.

Elle était polyglotte. Travaillait sans relâche pour camper au mieux ses rôles à l’opéra. A vécu des moments de gloire non inégalés. Maria Callas reste dans le conscient collectif mondial, comme la plus grande cantatrice de l’Histoire de l’opéra. La Scène Musicale qui a été récemment inaugurée présente une rétrospective chronologique de la vie de cette diva. On découvre ses premiers pas sur scène, du conservatoire aux planches italiennes, américaines ou françaises.

Une vie professionnelle trépidante

Maria Callas Expo - Mon Paris Culturel (4)Dès sa plus tendre enfance en Grèce, sa mère repère sa voix et ce talent à exploiter. Elle l’inscrit à 13 ans au conservatoire mais trop jeune, elle y rentrera l’année suivante. Les rencontres se succédèrent tout au long de son adolescence, si bien qu’assez rapidement, elle chanta la Traviata, la Scala, Madame Butterfly et tant d’autres, grâce à son timbre si particulier et ses prouesses techniques exceptionnelles. Elle s’imposa dès lors comme la cantatrice incontournable des années 50-60.

Sa vie privée fut plus chaotique

Au-delà des apparitions publiques, l’exposition Maria by Callas fait entrer le visiteur dans la vie privée de la chanteuse. On apprend (ou réapprend, pour les mélomanes), qu’elle a partagé sa vie avec deux hommes. Le premier fut son imprésario – Giovanni Battista Meneghini- ; elle offrit ensuite un amour passionné à Aristote Onassis (qui lui-même se mariera quelques années plus tard avec Jacky Kennedy).

Peu d’objets personnels

J’avoue connaître très mal la vie de cette diva. J’avais entendu plusieurs de ses prestations, comme tout un chacun, mais le déroulé précis de sa vie et son intimité m’échappaient. Tels les autres curieux dans la salle d’exposition, je défilais dans les allées, un casque vissé sur les oreilles. Rapidement je le laissais sur mes épaules, difficile pour moi de lire les quelques panneaux explicatifs et écouter sa voix.

Assez peu d’objets personnels sont présentés. On découvre sa vie intime via des interviews données à la télévision ou dans les journaux à scandales. D’ailleurs, une partie de l’exposition est consacrée aux moments de fiascos publics et privés dont elle se défend d’avoir initiés.

Maria Callas Expo - Mon Paris CulturelCet hommage imaginé pour les 40 ans de la disparition de la Callas n’apporte, selon les mélomanes avertis, pas grand chose de plus que les expositions précédentes dédiées à la diva. J’ai personnellement été un peu déçue de la scénographie chronologique. Un peu simple à mon sens alors que de multiples angles auraient pu être exploités.

La Seine Musicale, somptueux bateau de verre

Cependant, la visite du cœur de la Seine Musicale est un réel enchantement. Cette verrière géante, le jardin imaginé en terrasse et (j’imagine) l’auditorium, proposent un dépaysement total à quelques pas du grouillement de la ville de Boulogne-Billancourt.

Ma note : 6,5/10


Exposition Maria by Callas – du 16 septembre au 14 décembre à la Seine Musicale à Boulogne. Droit d’entrée : 14,5 euros.
À noter qu’une autre exposition, visible à l’Institut de la culture à Paris et ce jusqu’au 4 octobre, présente des costumes portés sur scène par la Callas. Un hommage est également rendu à la diva dans l’exposition “Quand le rideau tombe” à l’Opéra national de Bordeaux.
© Camille / Mon Paris Culturel