Les Fourberies de Scapin -Comédie Francaise -

Comme Christiane Jatahy qui a mis en scène La Règle du jeu à la Comédie-Française (que je chronique ici) et qui n’établit pas de frontière entre le théâtre et le cinéma, Pathé-Gaumont s’est lancé dans la retransmission d’événements théâtraux en direct, depuis justement, la Comédie-Française. Le spectacle imaginé par Denis Podalydès, Les Fourberies de Scapin de Molière a eu la chance d’être capté en vidéo. Pathé-Gaumont revendique 32 000 spectateurs dans ses salles pour cette unique représentation. Un beau succès pour le spectacle vivant.

Pourquoi j’ai assisté à la représentation depuis une salle de cinéma

 scapin - Mon Paris CulturelLa programmation du début de saison à la Comédie-Française est – très objectivement – vraiment réussie. Entre L’Hôtel du libre-échange, La Règle du jeu et Les Fourberies de Scapin, les places s’arrachent – encore une fois, à juste titre. Mes soirées occupées par la multitude d’offres de spectacles, j’ai, j’avoue, légèrement délaissé la belle Place Colette. Quand j’ai voulu réserver, malheur sur moi, toutes les représentations étaient complètes. Toutes, oui, et ce, jusqu’en février.

Abonnée depuis plusieurs années au Pass Gaumont-Pathé, (sur lequel j’écris un peu plus bas, un coup de gueule contre la nouvelle carte en vigueur dans les prochaines semaines), j’ai profité de cette retransmission en live, incluse dans mon forfait.
Tout comme la Salle Richelieu, la salle de cinéma était pleine. Plus une seule place disponible.

Les critiques étaient formelles : Les Fourberies de Scapin est un superbe spectacle. Benjamin Lavernhe qui campe ce personnage malin est magnifique de machiavélisme. La scène où il octroie des coups de bâtons à Géronte, son maître est simplement jouissive.

Notons aussi les costumes d’époque de Christian Lacroix, tout en détails, qui plonge le spectateur dans l’époque des comtes et domestiques. Un petit film, diffusé avant la représentation en direct, raconte comment il a imaginé les habits de chaque personnage, et décrit sa passion pour le spectacle vivant. “J’ai fait de la mode car j’ai eu une opportunité dans la mode, mais mon rêve était de devenir costumier”, confie-t-il.

 scapin - Mon Paris Culturel

Je trouve l’idée intelligente et le spectacle plutôt bien rediffusé

J’appréhendais un peu l’expérience. Assister à un spectacle de théâtre depuis un siège de cinéma m’a longtemps laissée perplexe. Et puis, comme “Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis“, j’ai moi aussi essayé. Eh bien, je peux dire que ce fut assez réussi. La réalisation vidéo de Dominique Thiel était très bien préparée. Les images reflétaient bien ce qui se passaient sur scène. Quelques soucis de son sont toutefois venus s’ajouter… Pas toujours audible donc.

Mais on n’a pas vraiment l’ambiance du théâtre

 scapin - Mon Paris Culturel

32 000 spectateurs ont acheté une place de cinéma. Je serais curieuse de connaître leur profil. Ces personnes sont-elles habituées des salles de spectacle ? Sont-elles, elles aussi, abonnées au Ciné-Pass ? Pathé-Gaumont n’a certainement pas ces informations. Pourtant ces milliers de données aideraient à mieux cerner leurs envies pour ainsi leur proposer des spectacles en accord avec leurs attentes.

 

Admettons que ces spectateurs soient adaptes du théâtre, leurs applaudissements étaient timides dans la salle de cinéma. En effet, on applaudit l’écran… Pas très chaleureux ni pour les artistes, ni pour le public.

Comment alors rendre le théâtre accessible tout en étant chaleureux ? Peut-être que la solution est de faire interagir les comédiens avec quelques unes des salles de cinéma pour un échange en fin de spectacle. Si les moyens techniques le permettent, l’expérience peut devenir d’autant plus enrichissante.

Conclusion : Expérience à renouveler, tout en continuant d’aller à la Comédie-Française pour applaudir les artistes “en vrai”.

© Christophe Raynaud de Lage/Comédie-Française

Coup de gueule contre Pathé-Gaumont et son nouveau Ciné-Pass

Ce billet me permet d’enchaîner avec un coup de gueule (rare sur ce blog) à l’encontre du groupe Pathé-Gaumont qui prévoit de modifier son offre Carte Le Pass. À partir du 1er janvier 2018, aucun spectacle ne sera inclus dans l’abonnement. Même s’il passe de 23, 50€ à 19,90€ mensuels, il faudra rajouter tous les suppléments. Selon Pathé-Gaumont, très peu d’abonnés profitent des spectacles, des pop-corn offerts et des installations high-tech, l’IMAX notamment (en effet seules cinq salles en France sont équipées de ces technologies). Moi-même je n’achète jamais de friandises ni de places en simulateur.
Néanmoins, je me révolte contre le supplément des spectacles (18 euros en moyenne), les places Accompagnant et les places offertes pour notre fidélité qui vont disparaître. Pathé-Gaumont nous pousse à acheter un Pass Duo, deux fois plus cher et à nous réengager au minimum sur un an.
De plus, c’est anormal que les anciens abonnés (comme moi) ne bénéficient pas d’une meilleure considération. Je dépense 250 euros par an pour voir des films dans leurs salles et délaisse les salles Art&Essais qui proposent pourtant une toute autre programmation, souvent bien plus qualitative. Je n’ai de toutes façons, jamais apprécié les globebusters, soupes américaines qu’on nous sert en multiplexes…

J’en viens à me demander si je ne vais pas résilier mon abonnement car
1) Je vais finalement assez rarement au cinéma.
2) Je vais voir des films souvent nuls pour rentabiliser mon investissement.
3) Très peu de films sont vraiment incontournables.
4) Si j’ai envie de me faire une séance ciné, je crois pouvoir payer 10 euros. C’est très cher pour la prestation mais c’est moins onéreux que 20 euros par mois à dépenser obligatoirement jusqu’en janvier 2019 !

Une pétition a été lancée sur Change.org pour signifier le mécontentement général des abonnés. Pour la signer, c’est ici.