Tamara, coup de coeur du mois

Tamara, 15 ans, complexée par ses rondeurs, décide à son entrée en seconde de se débarrasser de son étiquette de “grosse”. Pour clouer le bec des mauvaises langues, elle fait le pari avec sa meilleure amie de sortir avec le premier garçon qui passera la porte de la classe. Manque de bol, ce garçon s’avère être Diego, le plus beau mec du lycée. Le pari se complique pour Tamara…. Entre les sales coups des garces du lycée, une mère poule, les conseils “drague” de sa petite sœur, Tamara va vivre une année mémorable !

Je n’ai lu aucune critique presse sur ce film. Sans comprendre pourquoi d’ailleurs.
“Tamara”, c’est un peu le genre de film donc que je suis allée voir sans (presque) aucune idée. Malgré les quelques critiques sur Allociné, j’ai réservé la séance et je me suis laissée porter.

Laisser porter par la fraîcheur, l’humour et l’amour de ce film que les personnages soutiennent dès les toutes premières minutes du film. La première scène où l’on voit Miss Tamara, sapée comme jamais, bottes cuissardes et mini-short monter les marches du lycée, laisse transparaître le ton du long-métrage, sur fond de musique Bang Bang.

Entre rires et larmes

Le synopsis semblait un peu déjà vu voire carrément cliché. L’ado enrobée qui cherche à tout prix à se faire remarquer par le plus beau mec du lycée. Oui, sauf que la sensibilité juste et réaliste des situations donnent au final, un film qui nous fait rire, puis pleurer quelques secondes plus tard. On se reconnaîtra tous dans cette histoire où la mère, dépassée par son ado qui grandit continue de la couver, la jeune Tamara qui connaît ses premiers émois et son petit ami Diego qui ne veut pas choisir entre elle et sa passion pour le sport.

Un fort jeu d’acteur

J’ai personnellement découvert Rayane Bensetti dans ce film. Je l’avais vu plusieurs fois chez Arthur, dans son émission Vendredi tout est permis. Pas vraiment l’endroit pour faire ses preuves en tant que comédien… Dans “Tamara”, il est sincère, vrai, la tête sur les épaules. 

Sa compagne de jeu, Héloïse Martin, elle aussi, relève le défi à merveilles. Ce long-métrage lui promet une belle carrière dans le cinéma français.

Enfin, on a retrouvé Oulaya Amamra. La dure de Divines, ce film violent qui m’avait plus que brassé tant par ses paroles que ses actes d’une guerre entre quartiers.

La Boum 2016

Certains critiques comparent “Tamara” à La Boum version 2016. C’est un peu vrai. On souhaite à Héloïse Martin le même destin que Sophie Marceau.

Ma note : 8,5/10

© Allocine.fr