Au cours d’une soirée plutôt arrosée, trois amis londoniens réfléchissent sur le sens de la vie. Pourquoi ne pas entamer un voyage à la quête de soi ? Après que l’un d’eux essaie de dissuader les deux autres, ils entreprennent un pari fou : remonter la Tamise en barque. Ils sortent pour l’occasion, leur courage refoulé depuis toujours.
Dans leurs valises, ils emmènent leur chien. Personnage qui n’apporte pas grand chose, surtout qu’il est accroché au mur…

Au cours de leur périple, les quatre compères rencontreront des étapes cruciales. À savoir, la traversée du plus grand labyrinthe d’Europe, la pire tempête de tous les temps ou la recherche de leur ami, descendu de l’embarcation pour terminer une mission au boulot.

Un voyage est un peu long, le spectateur perd quelque fois le fil du récit. En revanche, la mise en scène est véritablement majestueuse. Au milieu de la scène, deux grands fauteuils font office de salon feutré, puis se transforment en bateau. Cette idée demeure si créative qu’on attend la prochaine scène avec impatience, pour voir comment les fauteuils vont cette fois-ci être utilisés. Erling Prévost nous embarque dans son univers toujours subtile et bien pensé.

Ma note : 7/10

“Trois hommes dans un bateau, sans oublier le chien” au Théâtre Montparnasse. 16 rue de la Gaïté, Paris 14.
Représentation du mardi au samedi à 21 heures,et le samedi à 18 heures.